RENCONTRES DES CINEMAS D’EUROPE #6

A tout de suite de Benoit Jacquot (2004)

Tiré d’une histoire vraie, le film (Prix Un certain regard, Cannes 2004) raconte l’histoire d’une jeune femme libre. Libre de son corps, de ses choix. Elle sort avec des hommes sans grande conviction si ce n’est celle du plaisir mais quand son regard croise celui de ce bel éphèbe (dont on ne connaîtra jamais le prénom), elle tombe immédiatement amoureuse. A la vie, à la mort. Elle n’hésite pas à le cacher, lui et son complice (Nicolas Duvauchelle), après qu’ils viennent de braquer une banque et tuer un homme. Ensemble ils s’enfuient en Espagne puis au Maroc avec de faux passeports et des billets plein le pantalon. Tourné en numérique et en noir et blanc, le film ressemble davantage au voyage intérieur de l’héroïne qu’à un film de cavale. Et c’est là qu’on retrouve Benoît Jacquot, dans sa façon unique de se concentrer autour d’un personnage et de nous livrer l’intime et l’indicible, l’essence et l’invisible. Isild le Besco, sauvage et lumineuse, bouscule, émeut, trouble, et habite chaque plan avec une évidence presque dérangeante tant elle semble atemporelle et ne laisser place qu’à l’urgence de vivre.

Benoit Jacquot ou l’insolence amoureuse

De retour en Ardèche après le tournage de son dernier film, Au fond des bois, et un passage au Festival de Lussas en 2006, Benoît Jacquot est à l’honneur de ces 13èmes Rencontres autour de six de ses films. Né en 1947, ce cinéaste aussi prolifique que libre sera à 22h15 au Bistrot des Rencontres après la projection de Villa Amalia.

Rebelle de première heure, déterminé et bagarreur, Benoît Jacquot a toujours su ce qu’il voulait faire. Et ce n’est pas le milieu bourgeois dont il est issu qui aurait pu l’en dissuader. A 17 ans il devient assistant, de Marguerite Duras, à qui il consacrera deux très beaux films (Ecrire et La mort du jeune aviateur anglais), mais aussi de Marcel Carné, Philippe Garrel, Roger Vadim. Il démarre sa carrière par des documentaires, des captures de pièces de théâtre et des premiers films (L’assassin musicien, Les mendiants) qui vont s’avérer des échecs. A cette période, Jacquot se croit dans une impasse mais son amie Marguerite Duras va l’inciter à réécrire et c’est avec la rencontre de Judith Godrèche pour laquelle il écrit La désenchantée que le cinéaste sort enfin de l’ombre et renaît au septième art. Il découvre la place essentielle qu’occupent les acteurs dans ses films et contrairement à Bresson à qui on le compare souvent, Jacquot continuera toujours de bâtir ses films autour de ses acteurs. La mise en scène naît du désir, de la rencontre et de l’être filmé. Ses personnages, souvent en rupture sont en quête d’un absolu, errent, se heurtent parfois mais toujours avancent les deux pieds dans la vie.

Il enchaîne avec d’autres succès : La fille seule avec Virginie Ledoyen, Le septième ciel avec le duo Lindon-Kiberlain, L’école de la chair avec Isabelle Huppert (avec qui il tournera à plusieurs reprises). De grandes actrices comme Deneuve et Adjani l’approchent pour travailler avec lui. Il réalisera avec cette dernière Adolphe en 2002, magnifique adaptation du roman éponyme de Benjamin Constant. Avec Deneuve il tournera Princesse Marie puis en 2001 il adaptera un opéra, Tosca. L’année précédente c’est à Isild le Besco qu’il offre un premier grand rôle dans Sade auprès de Daniel Auteuil. Il lui confiera par la suite le rôle principal dans A tout de suite, L’intouchable et Au fond des bois.

Jacquot est un acharné du travail, on ne compte plus ses films qu’il réalise à raison d’un par an en moyenne. Il continuera par ailleurs à filmer des pièces de théâtre et leurs coulisses (notamment Place royale avec sa compagne du moment et mère de son fils Vladimir, Anne Consigny, et les spectacles de Fabrice Lucchini avec qui il tourne dans Pas de scandale).

Le cinéma de Benoît Jacquot est un cinéma sensuel, sensoriel, réel et métaphysique, instinctif et obsessionnel, avec une mise en scène souvent audacieuse. Filmer pour lui, c’est une façon de se raccrocher au monde. Il avoue d’ailleurs « Si je ne filme pas, je suis un chômeur de l’être ». Alors on vous le demande, Monsieur Jacquot, continuez longtemps de travailler, pour vous comme pour nous.

Publicités

One Reply to “RENCONTRES DES CINEMAS D’EUROPE #6”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s