EDVARD MUNCH #3

Quand je viens à Paris, j’en profite pour aller voir toutes les expos que je ne peux pas voir en temps normal. Je déambule la ville d’un lieu à un autre et me remplis de toute cette nourriture qu’on appelle « culture ». Sauf que là c’est la période des fêtes et de la famille, qu’on n’a pas le temps de tout faire et qu’en plus, les touristes semblent tous s’être donnés rendez-vous à Paris avant 2012.

Je n’ai pas été aussi ambitieuse cette fois, je ne voulais voir que l’exposition Munch. Après deux tentatives échouées (je ne me résoudrais jamais à faire trois heures de queue pour voir une expo), je suis retournée à Beaubourg jeudi soir pour la nocturne. J’ai quand même fait un peu la queue pour le vestiaire et pendant la visite pour apercevoir les tableaux parmi les nombreux visiteurs. Donc au final, je ne peux pas dire que j’ai apprécié cette exposition, d’autant que le découpage m’a paru très cloisonné, laissant peu de place aux passerelles. A force de s’intéresser à la vision optique du peintre et d’essayer de le présenter autrement que tourmenté, on finit par ne voir que le regard froid de l’historien qui s’immisce entre la toile et nous (en plus des cheveux de nos voisins visiteurs).

Finalement je suis sortie pas très rassasiée et suis allée voir l’autre expo sur la danse « Danser sa vie » qui pour le coup m’a vraiment plu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s