SONATE D’AUTOMNE

L’autre jour j’ai revu le très beau Sonate d’automne d’Ingmar Bergman. Violent et cathartique.

Eva (Liv Ullmann) n’a pas revu sa mère, pianiste virtuose et célèbre interprétée par Ingrid Bergman, depuis 7 ans. Elle vit avec son pasteur de mari Victor dans le presbytère de la paroisse. Très vite, les retrouvailles prennent un goût amer, celui des reproches. Les masques tombent lorsque la mère, Charlotte découvre que Eva a recueilli sa sœur handicapée chez elle. Elle n’était pas prête à revoir sa deuxième fille et se confronter à l’époque où elle avait préféré la placer dans un institut. L’admiration d’Eva pour Charlotte s’est transformée en haine et Eva crie sa colère, sa souffrance et accuse sa mère d’en être responsable. La maison devient le théâtre de ce dialogue et la mise en scène incarne les sentiments des deux femmes par un jeu de distance sans cesse interrogé par des gros plans bouleversants. L’amour semble s’évanouir pour mieux réapparaitre et nous remuer.  Magnifiquement dérangeant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s