L’HUMAIN D’ABORD ?

L’insurrection qui vient (ou pas)

Depuis la fusillade à Charlie Hebdo mercredi dernier, les avis et commentaires fusent, les analyses des uns s’opposent aux réserves des autres, et on devrait dire c’est tant mieux parce qu’il y a débat. Pourtant je commence déjà à saturer des opinions qui se multiplient comme des petits pains rassis, des journalistes qui rabâchent les mêmes choses en boucle, des politiques qui s’approprient cet évènement comme une aubaine pour renforcer leur popularité auprès du peuple mais en lisant l’article de Patric Jean sur Médiapart  je me suis d’abord dit qu’il avait tort. Tort car il suffisait de regarder le peuple français se lever et exprimer sa résistance à la menace terroriste, son combat en faveur de la liberté pour éprouver un sentiment de fierté, une espérance d’un monde meilleur et même, soyons fous, un sentiment d’amour pour son prochain comme le prêchait un certain Jésus en son temps. Tort car plus d’un million de personnes dans les rues, forcément c’est émouvant.

Pourtant en relisant son billet qui me titillait, je me suis finalement dit combien il avait raison. Combien ce flot de bons sentiments masquait une autre réalité, celle là même qu’on semble avoir effacée ces derniers jours : le dysfonctionnement d’une société malade. L’humain serait-il amnésique ?

Bien sûr qu’il y a de l’ironie et même de l’hypocrisie à voir défiler main dans la main nos dirigeants de tout bord, ceux là mêmes qui participent à faire de cette société un haut lieu d’inégalité, de divisions, d’injustice. Bien sûr qu’il y a hypocrisie à vouloir croire que peu importe notre couleur, notre religion, notre parti politique, notre classe sociale, nous sommes tous des êtres humains libres et désireux de le rester dans un pays où les valeurs fondamentales prônent la liberté d’expression.

« Une manifestation pour la paix », « un grand rassemblement de solidarité » nous scande t-on. Vraiment ?

Mais interrogeons-nous un peu comme le fait Patric Jean (heureusement pas le seul) sur les causes de ce terrorisme. Faut-il rappeler que les frères Kouachi et Amedy Coulibaly étaient français ? Faut-il rappeler qu’ils ne sont rien d’autres que le résultat monstrueux d’une société bancale et excluante ? Faut-il rappeler que c’est dans nos prisons françaises que la plupart de ces terroristes se sont tournés vers l’islamisme radical ? Je ne cherche pas d’excuse à leur barbarie ni à faire porter la responsabilité à nos dirigeants mais simplement à réfléchir à ce qu’ensemble nous pourrions améliorer car comme le souligne Patric Jean « à force de s’empêcher de réfléchir tout en hurlant à la liberté de pensée, on poursuit la même politique qui nous conduit à la catastrophe ».

Liberté, égalité, fraternité

Pendant 24 heures j’ai voulu croire à cet élan de solidarité, j’ai voulu croire que le peuple était encore capable de descendre spontanément dans la rue et défendre des valeurs qui nous sont chères, j’ai voulu croire qu’on s’en foutait des croyances de chacun, qu’il fallait s’unir et non se diviser, j’ai voulu croire que tous ensemble on représentait ce slogan du parti de gauche : « l’humain d’abord ». J’ai encore envie d’y croire.

Mais que sera demain si ce n’est une France, une Europe libérale plus que libre, individualiste plus que fraternelle et certainement pas égale. Avec ce « Je suis Charlie » on a caressé la liberté et la fraternité. Attaquons nous demain à l’égalité. Et soyons aussi nombreux que nous l’avons été ces derniers jours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s