SERIES MANIA, le festival 100% séries est de retour !

Pour la deuxième année consécutive le Festival Séries Mania entièrement dédié aux séries se tiendra à Lille du 22 au 30 mars prochain et je n’allais pas manquer ça !

Créé à Paris en 2010 par Laurence Herszberg l’ex directrice du Forum des images, le Festival présente en avant-premières les plus grandes séries du monde entier et accueille trois compétitions : officielle, française et formats courts. Un panorama international vient compléter la programmation ainsi que des nouvelles saisons inédites. Alors partants pour découvrir la programmation riche de 70 séries ?

La Compétition officielle

Parmi les dix films sélectionnés cette année, trois nous viennent du Royaume Uni : Baghdad Central de Stephen Butchard sur les évenements en Irak suite à la chute de Saddam Hussein, Chimerica de Lucy Kirkwood un polar géopolitique et le prometteur The Virtues de Shane Meadows (à qui l’on doit l’excellent This is England) qui dresse le portrait d’un homme dont les sombres souvenirs d’enfance ressurgissent. La bo est signée PJ Harvey et le personnage principal est interprété par le formidable Stephen Graham (Al Capone dans Boardwalk empire). Les Etats Unis sont quant à eux représentés par la série Netflix Chambers de Leah Rachel avec Uma Thurman qui nous fait l’honneur de sa présence à Lille où elle donnera également une masterclass. Chambers raconte l’histoire d’une femme ayant subi une transplantation cardiaque et qui se met à la recherche du passé de sa donneuse. Intrigant !

The virtues de Shane Meadows

La France n’est pas en reste avec deux séries, Eden de Dominik Moll, le réalisateur de Harry un ami qui vous veut du bien qui aborde le thème des migrants et Mytho de Fabrice Gobert, l’auteur des plebiscités Revenants, avec la talentueuse et trop rare Marina Hands et Mathieu Demy. Le titre parle de lui même.

Sont également représentés la Russie avec Identification de Valery Fedorovich et Evgeny Nikishov, Israël avec Just for Today de Nir Bergman et Ram Nehari, La Norvège avec Twin de Kristoffer Metcalfe et l’Australie avec Lambs of God de Marele Day.

Le jury de cette compétition est présidé par Marty Noxon la scénariste-productrice  de Sharps objects (HBO) et Dietland (AMC). Elle sera accompagnée par “The Good wife“ Julianna Margulies, l’actrice Audrey Fleurot, l’écrivaine Delphine de Vigan et le réalisateur Thomas Litli (Première année).

La compétition française

Au programme de cette compétition française, des séries explorant plusieurs genres : futuriste (Osmosis avec Agathe Bonitzer), fantastique (Une ile avec Laetitia Casta), apocalyptique (La dernière vague de Raphaëlle Roudaut et Alexis Le Sec), policière (Soupçons avec Julie Gayet et Double je) et enfin une comédie qui a l’air tout à fait réjouissante, Le grand bazar de Baya Kasmi co-écrit avec son binôme Michel Leclerc. On y retrouvera Grégory Montel (alias Gabriel de Dix pour cent) dans une histoire de famille mixte et recomposée.

Le grand bazar de Baya Kasmi

Les nouvelles saisons inédites

Vous êtes fans de The OA ou The Good doctor ? Séries Mania propose de découvrir en exclusivité les premiers épisodes des saisons à venir de ces deux séries cultes mais aussi ceux des séries françaises Irresponsable, Clem (la série de TF1) et Mission. Mais la vraie bonne nouvelle (en tout cas pour moi !), c’est la perspective de découvrir la saison 2 de la série britannique désopilante Fleabag qui sera bientôt adaptée en France et campée par Camille Cottin (qui décidément est partout !).

Panorama international

Pas moins de quinze séries du monde entier ont été retenues dans cette sélection qui dessine un beau paysage mondial des séries. Ainsi pourra t-on découvrir MotherFatherSon écrit par Tom Rob Smith, le scénariste de American story II (Gianni Versace), Success la série du croate Danis Tanović (No man’s land), le film israélien Asylum city, Les misérables revisités pour la BBC, une série coréenne d’horreur The guest et Monzon, série argentine tirée d’une histoire vraie sur un boxer célèbre dont la femme est retrouvée morte.

Une autre série anglaise a également attiré notre attention : Flack d’Anna Paquin (X-Men, True Blood). Flack met en scène une femme successful le jour, en vrac la nuit. Si elle excelle dans son job de chargée de relations publiques, Robyn a une vie personnelle proche du naufrage. Interprété par sa créatrice Anna Paquin, Flack rejoint la liste des séries drôles et sensibles autour d’un portrait de femme sans fard.

Flack d’Anna Pakin

Rencontres et autres réjouissances

Et ce n’est pas tout ! Le Festival Séries Mania propose aussi une nuit Game of Thrones avec la diffusion d’un épisode phare de chaque saison, un “Best of USA“ où l’on pourra voir des épisodes de Sharp objects de Jean-Marc Vallée, The twilight zone, Black Monday, Warrior, I am the Night de Sam Sheridan ou la série d’Amazon Homecoming avec Julia Roberts. Les fans de Twilight zone auront même la surprise de pouvoir rencontrer Adam Scott, présent pour l’occasion.

Côté rencontres, Séries Mania nous gâte. Les invités d’honneur de cette édition ne sont autres que Uma Thurman (la classe !), Freddie Highmore (Bates hotel et The good doctor), Eric Rochant et Hugo Blick pour un dialogue croisé sur les séries d’espionnage et Yves renier (célèbre Commissaire Moulin) qui présentera Pour tout l’or du Transvaal.

Une édition très prometteuse donc qui n’oublie pas les professionnels avec  SERIES MANIA FORUM. Rappelons que ce festival est ouvert au public et entièrement gratuit. Vivement le printemps qui cette année sonnera le début des festivités !

Tous les détails à retrouver sur le site de SERIES MANIA
Publicités

PREMIERE ANNEE, la belle surprise de cette rentrée

Après Hippocrate et Médecin de campagne, Thomas Litli clôt une trilogie sur le corps médical en nous emmenant cette fois sur les bancs de la fac dans Première année. Une chronologie inversée en somme, aux accents documentaires, qui s’avère aussi passionnante que touchante et bien menée.

On l’aura deviné, Première année raconte le parcours du combattant des étudiants en première année de médecine. A l’origine du film, l’envie de Thomas Litli “de faire un film sur l’université, sur l’énergie des étudiants au travail“. Mais en repensant à la souffrance qu’il avait endurée ces années-là et en particulier durant cette première année de médecine (Thomas Litli est aussi médecin généraliste en plus d’être cinéaste), le réalisateur a choisi son expérience comme contexte à son récit et interroge un système injuste, violent et hyper compétitif. Seuls les meilleurs passent en seconde année, mais sont-ils vraiment les meilleurs ou simplement ceux qui ont les fameux « codes », indispensables à leur succès ?

Antoine (toujours impeccable Vincent Lacoste) entame sa troisième première année alors que Benjamin (William Lebghil), tout juste bachelier, intègre médecine sans grande conviction. En prologue du film, Benjamin se retrouve face à son conseiller d’orientation qui au vu de son excellent dossier, lui suggère toutes les filières prometteuses de « belles perspectives ». Car Benjamin a les codes, ceux de sa famille – un père chirurgien, une mère universitaire, un frère normalien. Il peut tout faire et opte pour la voie paternelle. Ses facilités associées à sa capacité à se soumettre à un système broyeur vont se révéler très utiles là où Antoine, pourtant très intelligent aussi, rencontre davantage de difficultés. Peut être est ce aussi à cause de l’enjeu quasi vital pour Antoine ? Ce dernier est prêt à tout sacrifier pour devenir médecin. L’un est passionné, l’autre suit la voie presque déjà toute tracée familiale sans être toutefois sûr de son chemin. Benjamin vient d’une famille aisée qui lui loue une chambre de bonne à côté de la faculté. Une chance de plus de son côté. Son milieu social lui confère les codes nécessaires pour adopter la bonne méthode de travail et se montrer plus “reptilien“ qu’humain dans sa faculté à emmagasiner autant de connaissances. Très vite, les deux jeunes hommes se nouent d’amitié et décident de s’entraider pour réviser. Première année est donc et avant tout une histoire d’amitié poignante à un moment crucial de leur vie qui déterminera leur futur.

La grande réussite du film tient à sa construction très rythmée, haletante et à son duo d’acteurs, tous les deux formidables, qui rappelle la franche camaraderie qu’on retrouve dans les films de Jacques Becker. Là où on aurait pu attendre un récit d’apprentissage, on se retrouve face à une inversion des rôles entre Antoine et Benjamin qui confère au film sa puissance dramatique et qui permet de souligner l’absurdité du système.

Thomas Litli n’hésite en effet pas à dénoncer ce système de compétition féroce qui veut que les plus faibles ne résisteront pas longtemps. Son film très documenté et documentaire intègre des courtes interviews d’étudiants, des répliques plus vraies que nature (« ça fera une place de plus ») et des situations où l’on ressent toute la violence d’un concours. Derrière cette histoire, c’est tout un système sociétal qui peut être remis en question. Préfère-t-on vivre dans un société élitiste où la performance compte davantage que l’humanité ? Sûrement pas, pourtant force est de constater que tel est le cas, et pas seulement en médecine.

Première année, un film politique alors ? En tout cas, très certainement un film qui dépasse ce microcosme de bêtes à concours et qui penche du côté humaniste des êtres.  Comment en effet s’accomplir pleinement et trouver sa place dans une société de plus en plus impitoyable ? Antoine parviendra-t-il à réaliser son rêve ? Benjamin saura-t-il enfin rendre son père fier de lui ?

Première année en irritera certains qui se désintéresseront d’un récit “de niche“ ou encore qui reprocheront au film de ne pas les concerner. Pourtant, ce long métrage est passionnant dans son immersion naturaliste d’un milieu estudiantin qu’on ne voit jamais ou peu. On ne pensait pas se passionner pour un film qui parle de biologie moléculaire mais force est de constater que le film a d’universel ce qui nous lie : nos peurs, nos fragilités, nos rêves et notre quête identitaire.

Date de sortie : 12 septembre 2018
Durée : 1h32
Distribution : Le Pacte